Skip to content

165 days of clandestinity for Abdoulaye Oumou du FNDC : « ce qui me fait le plus mal, c’est quand sa fille sues me de l’envoyer chez son papa »

C’est le témoignage d’une épouse attristée par l’absence de son mari, mais aussi très déterminée à soutenir le fight pour lequel son époux a été contraint à vivre dans la clandestinité. Mme Fatoumata Diaraye Baldé, the spouse of the particular person accountable for the communication of the FNDC (Abdoulaye Oumou Sow), resents a sentiment d’impuissance à chaque fois that she was a daughter of her who claims that they’re her father. «Je me sens inutile(…), ça fait très mal au coeur», at-elle confié dans un entretien agreed à Guineematin.com ce mardi, 10 janvier 2023. Mais, cette mère de deux enfants espère triompher des épreuves du second. «Avec la volonté de Dieu, nous finirons par vaincre», at-elle declared avec beaucoup d’espoir.

After a peu plus cinq mois, Abdoulaye Oumou Sow vit en cachette pour éviter d’être arrêté et jeté en jail. Des poursuites judiciaires planent sur sa tête de él et il est recherché par les providers de sécurité. Son crime de l jusque-là connu a été de s’engager, au sein du FNDC (Entrance nationwide pour la défense de la structure), dans une lutte pour un retour rapide et apaisé de la Guinée à l’ordre constitutionnel.

With the FNDC not being accountable for communication, so the CNRD (the navy council for energy in Guinea after September 05, 2021 :ndlr) renders the desk as a lot as attainable in organizing inclusive and clear elections for which le peuple choisisse librement ses dirigeants. Mais, son souhait de él ne cadre visibly pas avec ceux du CNRD. D’où ses présents ennuis de él qui le contraignent à vivre dans la clandestinité.

Une vie qu’il a annoncée à sa femme au téléphone. « Ça été un au revoir assez tragique, assez émotionnel. When (Abdoulaye Oumou Sow) m’a stated au revoir au téléphone, j’ai ressenti une grande peur », I confided Fatoumata Diaraye Baldé, son épouse de él, ce mardi.

After 165 days, this little woman lives every single day, this younger lady. C’est la première fois qu’elle vit une si longue separación avec son époux de ella depuis leur mariage de ella (il ya 5 ans). Et, aujourd’hui, elle brûle d’envie de voir le pere de ses enfants de ella rentrer en paix. Mais, son desir de ella ne l’amène pas à lui demander de reconcer à sa lutte de ella. D’ailleurs, ella elle dit être prête à le soutenir jusqu’au bout.

« Face à une telle scenario, tu t’attends souvent à ce qu’on appelle pour te dire que ton mari a été arrêté ou qu’il lui est arrivé ceci ou cela. Tu n’es vraiment pas tranquille. However, he by no means sees me within the tête de lui I’ll say to surrender son fight. Parce que je sais que ce fight qu’il mène est un fight noble, ce n’est pas un fight pour sa famille de él, mais c’est celui de tout un pays. Et, quoi qu’il arrive, je vais le soutenir et l’accompagner dans ce fight», declared Fatoumata Diaraye Baldé.

Le fight de son mari est dur et le chemin d’y arriver est parsemé d’embûches. Fatoumata Diaraye Baldé is aware. Et, d’ailleurs, she lives a relentless ache after they’re époux de ella esté entré dans la clandestinité.

« Je sais que s’il est là, il est d’un grand soutien. Sa présence de l nous apporte de la tranquillité. However, presently, I’m consistently apprehensive about lui. Je demande me remark il vit, remark il arrive à trouver à manger. 165 days with out lui auprès de nous, surtout ses enfants de él, c’est difficile. On a même fait le baptême de notre dernier enfant à son absence de él. Ça n’a vraiment pas été facile. Mais, avec le soutien de la famille, on s’accroche, on tient le cup et on espère que nous finirons par gagner… C’est vraiment difficile avec les enfants, surtout la grande qui réclame souvent son papa de ella. Je lui dis toujours que son papa de él est parti pour une mission et qu’il va bientôt rentrer. Mais, à chaque fois ella sued me de l’envoyer chez son papa de ella. She instructed me parfois qu’elle veut passer la nuit avec son papa de ella. Après l’école aussi, elle demande toujours si son papa de ella n’est pas rentré », raconte-t-elle ella avec une certaine tristesse.

Avec le soutien de sa famille, Fatoumata Diaraye Baldé tient encore le cap. Elle s’accroche comme elle peut aux valeurs et aux ideaux défendues par son mari de ella. Et, du mieux qu’elle peut, elle s’occupe de l’éducation de leurs enfants de ella. Mais, they’re hers «plus grand mal de ella» de ella, c’est ce sentiment d’impuissance qui l’habite à chaque fois que sa fille de ella réclaime son père de ella.

« Mon plus grand manque aujourd’hui, c’est son absence auprès de nous. Ça fait 5 ans depuis notre mariage, et c’est la première fois qu’on est éparé ainsi. Mais, ce qui me fait plus mal, c’est quan sa fille de ella me réclame de l’envoyer chez son papa de ella et que je sois incapable de lui faire ce plaisir. C’est comme si je me sentais inutile, et ça fait très mal au coeur. Mais, je sais que ça va aller, avec la grace de Dieu. Avec la volonté de Dieu, nous finirons par vaincre», at-elle dit ella, tout en laissant remonter les douloureux souvenirs de la dernière descente des forces de l’ordre à son domicile de ella.

«Dernièrement, once we went up the assault of the forces of the Lord to our dwelling, j’ai failli perdre mes enfants. Avec la quantité de gaz lacrymogènes tirée dans la maison, c’était difficile de respirer. Et d’ailleurs, ce jour, le bébé venait juste d’avoir deux mois. J’ai failli misplaced it. Malgré ce traumatisme, nous essayons d’être fort. Puisqu’on deems that beaucoup d’different compatriotes are autant victims that nous et d’autres ont d’ailleurs perdu les leurs dans this injustice incarnée par l’État qui est censé protéger tout le monde. Et, c’est bien dommage pour notre pays », to deploré Fatoumata Diaraye Baldé.

Mamadou Baïlo Keïta pour Guineematin.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *