Skip to content

Armed aggression on the Calixa-Lavallée college | « Il faut plus de sécurité »

Un coup de marteau sur la tête et un coup de couteau à une épaule pour un conflit qui n’avait rien à voir avec lui: l’adolescent agressé aux abords de l’école secondary Calixa-Lavallée, à Montréal-Nord, s’ clarify mal pourquoi il a été pris pour cible à la sortie des lessons, lundi. Préoccupée par le manque de surveillance autour de l’établissement, sa mère de él appréhende le retour en classe de son fils de ella alors que les suspects sont toujours en liberté.


Gary* timidly ouvre la porte du minuscule appartement de Montréal-Nord où il habite avec ses dad and mom et son frère avant de se rasseoir sur le divan, les bras croisés.

Il se porte mieux, guarantee le grand gaillard aux larges épaules en levant la manche de son t-shirt. A bandage recovers a blessure encore fraîche. Lundi, à la sortie des lessons, a groupe de jeunes armés l’a attaqué au terme d’un conflit qui a dégénéré. « J’ai reçu un coup de couteau, en plus du marteau sur ma tête », dit-il.

Sa mère détourne son regard de la télévision, où un pasteur récite une messe en direct de Port-au-Prince. « I have not slept since I arrived. On a vraiment été chanceux », dit-elle en soupirant. Deux jours plus tôt, son fils de ella était dans un état critique, étendu sur un lit d’hôpital. «Tout ça à trigger d’une dispute… I do not perceive pas remark l’école ne surveille pas plus. Ce n’est pas facile pour nous », poursuit-elle avant d’éclater en sanglots.





Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a procédé mercredi à l’arrestation d’un suspect, un jeune homme de 17 ans. After the primary info is transmitted by the SPVM, the primary suspect was arrested “he’s not a pupil of the varsity”. The comparability of him earlier than a choose of the Tribunal de la jeunesse est prévue ce jeudi en début de journée.

Based on agent Véronique Dubuc, porte-parole de la police montréalaise, “l’enquête progresse bien et d’autres arrestations sont à venir”. Les autres assaillants, qui n’ont pas encore été arrêtés, ne seraient pas non plus des élèves de l’école. Selon nos informaciones, il y aurait au complete cinq suspects dans this affaire.

mI Dubuc a rappelé mercredi that the SPVM avait mis en œuvre « plusieurs actions » dans le secteur de l’établissement scolaire et collaborate étroitement avec sa path. Des brokers sociocommunautaires, des conseillers en développement communautaire in addition to des membres de l’équipe de concertation et de rapprochement communautaire (ECCR) et de l’équipe multidisciplinary d’intervention dans les écoles (EMIE) ont été dépêchés sur place pour « rassurer la inhabitants ».


PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

A bandage covers Gary’s encore fraîche blessure.

A battle qui dégénère

All debuted with a battle between a teenager from the École Calixa-Lavallée and one other adolescent, selon Gary. « La fille n’a pas aimé remark le gars lui a parlé. Il l’a prize par le collet. »

Quelques heures plus tarde, un groupe de jeunes a suivi un adolescente qui connaît la jeune fille et fréquente le même établissement. Ils avaient d’abord prévu de s’en prendre à lui, selon ce que la sufferer a appris d’autres élèves. «C’est tout ce que je sais, automobile je ne les connais pas. »

Le groupe d’assaillants s’est présenté aux abords de l’école. Gary is approached by curiosity. Certains étaient armés de couteau, d’autres tenaient des marteaux, décrit le jeune blessé. Plusieurs personnes ont tempté de prendre half à la bataille pour protéger le jeune ciblé.

« Ils m’ont vu courir. Ils devaient penser que j’étais avec le gars », décrit l’adolescent. Il a ensuite glissé par terre. Au sol, il a reçu un coup à la tête, puis un autre au haut du corps de él. Ce n’est qu’une vingtaine de minutos plus tarde qu’il a ressenti une douleur lancinante, alors que son manteau de él s’imbibait de sang.

Du personnel de l’école s’est occupé de lui à l’intérieur de l’établissement.

Il appréhende d’ailleurs are retour en classe. «Tant qu’ils ne sont pas arrêtés, ils peuvent me trouver et s’en prendre à moi. »Même son frère de él a pris congé des cours à la suite de l’évènement, él dit él en soupirant la mère de Gary en essuyant ses larmes de ella.

« Ce n’est vraiment pas facile. Il faut plus de sécurité. Ça ne se peut pas d’être attaqué à l’école. »


PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

Gary’s mom

After frequent disputes

Mercredi. C’est l’heure du lunch et les élèves s’esclaffent en regardant une vidéo sur TikTok près de l’école. D’autres bravent le froid et courent vers la pizzeria la plus proche. La violente dispute d’il ya deux jours n’est plus le sujet de l’heure: les élèves interrogés par La Presse Ont l’habitude des conflits qui se terminent en bagarres, disent-ils.

A rivalry of longue date between the boys of the Saint-Exupéry college and the top of « Calix », explains the younger Anis en haussant les épaules. Il affirme se tener loin des bisbilles qui dégénèrent. At-il peur de se retrouver au mauvais endroit au mauvais second, as la jeune victimime de lundi dernier ?

” No N. Ça ne m’inquiète pas, automobile je me tiens avec des gens qui savent se battre. Si ça m’arrive after I suis tout seul, je vais suivre la loi. » La loi, poursuit Anis, c’est le principe de la « legitime défense ».

« Si ce n’est pas toi qui frappes en premier, tus le droit de réplicer. Automobile tu fais juste te défendre », explain-t-il, nonchalant. «Il ya toujours eu des conflits, mais pas au level de donner des coups de marteau», plaid one different of his comrades, who most well-liked to determine him to keep away from tensions. Les suspects, selon sa théorie de él, sont des élèves d’une «autre école secondaire rivale», ajoute-t-il.

La pause du midi pull à sa fin. Three patrouilleuses du SPVM surveillent les jeunes. Même s’il ne craint pas d’être impliqué dans une bagarre, Anis l’admet: il pourrait y avoir plus de surveillance près de l’école. « Aujourd’hui, the police fait le tour du bloc, mais d’habitude, il me semble que c’est vide. Les surveillants de l’école, ils sont déjà occupés avec les bagarres à l’intérieur », souligne-t-il en s’éloignant pour aller rejoindre son groupe d’amis de él.

Des mesures sont mises en place afin de renforcer la surveillance et d’assurer la sécurité des élèves et du personnel, a assuré Mand Valérie Biron, from the Pointe-de-l’Île college companies heart. « A workforce of execs is current on the college so as to present help to the needy aux élèves and a workers who resents the kiss. »

* Fictitious prenom

All folks with info en lien with this aggression are referred to as to speak with 911. Additionally it is doable to make a sign of nameless and confidential info at Information-Crime Montréal at 514 393-1133 or on-line.

Avec Henri Ouellette-Vézina, La Presse

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *