Skip to content

Assises des Pyrénées-Orientales – Viols, violences et séquestration de sa compagne : “J’ai eu des relations avec elle mais je n’ai pas ressenti qu’elle n’en voulait pas”

L’accusé, âgé de 58 ans, jugé pour avoir abusé, enfermé et frappé sa vulnérable compagne between 2014 and 2015 in Perpignan, a crimé son innocence ce mardi 24 janvier 2023 à la barre de la cour d’assises des Pyrénées-Orientales.

Deuxième jour de procès et la plaignante n’est toujours pas là. “Elle n’ouvre pas sa porte et ne répond même pas aux appels”, glisse are avocado. The president insists so as to have the ability to perceive. Sa curatrice of her est donc envoyée illico “en mission”. Et, en attendant de ella, sans elle, le climat de la cour d’assises s’obscurcit encore au fil de témoignages évasifs ou érodés par les années. Un brouillard loin d’être dissipé lorsque l’accusé arrive à la barre pour livrer, malgré les nombreuses précédentes variantes, sa model finale de ce 7 juillet 2015.

7:30 am, ce jour-là, Emmanuel Gimenez will retire as RSA au distributeur de la Poste à Perpignan when the tombe sur Adèle (prénom d’emprunt). Ils ont une relation episodic after many extra mois mais lui, affirme-t-il, veut and mettre un terme depuis qu‘”il a appris qu’elle se prostituait”. What quantity, I take it for the bras, accélère the passes to the purpose qu’elle chute au sol et l’emmène chez lui dans le secteur de l’avenue Leclerc. “Pour her shield”.

La raison invoquée aussi pour justifier du harcèlement téléphonique qui lui est reproaché, à raison de 2000 appels sur une année. “Je me faisais du mauvais sang pour elle, je voulais savoir si elle allait bien”.

“She is fragile”, explain-t-il encore, sans s’être pourtant rendu compte qu’elle était déficiente mentale et reconnue comme handicapée. “Je l’avais avertie de ne pas sortir seule aussi tard et de ne pas faire ce qu’elle faisait”, poursuit le quinquagénaire. “Dans la loi gitane, on respecte l’homme. Chez nous, ça, ça ne se fait pas”. Alors, à l’appartement, “je lui ai dit: Tu prendras ton chemin, moi le mien, et tout ira bien. En plus, j’ai rencontré quelqu’un. Et là, elle a fait une crise de nerfs”.

La seule selected that je reconnais, c’est que je lui ai coupé les cheveux. A cup de foie”

For the remaining, Emmanuel Gimenez nie tout en bloc. À commencer par les trois viols qu’Adèle aurait subis par les mois passés, dont un sous la menace d’un couteau, tout comme la sodomie qu’il lui aurait imposed ce matin-là. Telle“a little bit punishment” “evidently she is foutait de (ma) gueule complet”. “J’ai by no means violated a girl, this isn’t my fashion. J’ai eu des relations avec elle mais je n’ai pas ressenti qu’elle n’en voulait pas“.

Pour les cups et blessures, meme chorus. Même s’il a reconnu dans ses auditions “queques petites gifles”, “l’avoir un peu poussée” or “l’avoir ligotee” Parce qu’il avait vu ça à la télévision “J’ai jamais tapé quelqu’un, j’en suis incapable, je ne suis pas comme ça. La seule selected that je reconnais, c’est que je lui ai coupé les cheveux. A cup de folie”.

Quant à la séquestration qui s’en serait suivie dans son appartement : “Elle dormait, j’ai fermé la porte pour les voleurs comme d’habitude”, maintient Emmanuel Gimenez. “Je devais aller monter la terrasse du restaurant en bas, et remonter vite fait. Elle n’avait qu’à m’appeler par la fenêtre ou me téléphoner”.

Adèle n’en fait rien. “De peur qu’il ne revienne pour la violenter à nouveau” racontera-t-elle plus tard, elle tente de démonter la serrure puis saute dans le vide, le corps fracassé 4 étages plus bas. On the foot of the immeuble, Emmanuel Gimenez will see what occurred. Et he met à l’écart, assis par terre. “Je suis me mis à pleurer like a gamin. Et je suis dit: Mon Dieu, j’ai fait que du bien et voilà ce qui m’arrive…”

Finish of the audition de l’accusé. The top of the suspense. The curatrice s’est redue chez Adèle et “She will not come again” neither aujourd’hui nor demain. “Mais je ne vous cache pas”, end the president “which can be absence pose an amazing issue pour la tenue de ce procès”.

Plaidoiries, requisitions and verdict ce mercredi 24 janvier.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *