Skip to content

Le Maroc understands “reconsiderer” its relations with the European Parliament – ​​EURACTIV.fr

The Moroccan parliamentarians determined unanimously on Monday (January 23) of « rethink » les relations avec le Parlement européen et rejeté toute « interference » dans les affaires du Maroc, en réponse à une résolution des eurodéputés s’inquiétant de la liberté de la presse dans le pays.

Les deux chambres du Parlement se sont réunies en séance plénière à Rabat pour « evaluer » the decision of the European Parliament (PE) qui s’est également inquiété des allegations of corruption pesant sur ce pays.

In a declaration printed on the problem of the séance, the Moroccan Parliament has estimated that this decision constitutes «An inacceptable assault towards the souveraineté, the dignity et l’indépendance des establishments judiciaires du royaume».

“She has gravely nui au capital belief between the 2 legislative establishments”, est-il écrit dans cette déclaration.

Consequently, the marocaine meeting « I made a decision to rethink its relations with the European Parliament and the soumettre à une international analysis »to which I indicated, sans plus de particulars, Rachid Talbi Alami, président of the chamber of representatives.

Le Maroc et l’Union européenne (UE) are based after 1996 by an settlement d’affiliation that covers the opposite financial and business relations, notably within the area of agriculture and fishing.

Them « choices (des eurodéputés) ne vont pas nous intimider et nous n’allons pas changer notre trajectoire et nos approaches »affirmed Mohamed Ghiat, the president of the group du Rassemblement nationwide des indépendants (RNI), the principal a part of the bulk.

« L’odeur du gaz »

Plus particulièrement visée: la France, ancienne puissance coloniale, accusée « d’orchestrer » be part of anti-marocaine marketing campaign in Bruxelles.

« Dans les coulisses de cette décision se cache un pays que l’on croyait ami et partenaire sûr mais l’odeur du gaz lui a fait perdre sa tête »within the opinion of Ahmed Touizi, a different consultant of the bulk, in reference to the rapprochement between Paris and Alger, regional rival of Rabat.

Dans un texte adopted à une massive majority la semane dernière à Strasbourg, le Parlement européen a enjoint les autorités marocaines à « respect the liberty of expression and the liberty of the media » et à mettre fin au « Harcèlement de tous les journalistes ».

Ils se sont également dits “profoundly involved” pair « les allégations selon lesquelles les autorités marocaines auraient corropu des députés au Parlement européen ».

«Le Maroc en a assez du deux poids, deux mesures», I affirmed to the AFP Abdelmajid Fassi Fihri, député du parti de l’Istiqlal, a authorities formation, deploring that the PE didn’t condemn the assaults on the liberty of the press in Algérie.

Quelques députés de partis de gauche marocains ont néanmoins réclamé « the liberation of all political prisoners » au Maroc.

In Strasbourg, the Eurodéputés ont mis en lumière le cas d’Omar Radi, un journaliste indépendant de 36 ans critique envers le pouvoir, condemned to 6 years of jail ferme pour « rape » et « espionage »accusations qu’il nie.

Ils ont sued for provisional launch, even when the cell of Taoufik Bouachrine, 54 years previous, ex-patron de presse imprisoned after 2018, and Soulaimane Raissouni, 50 years previous, one other journalist sentenced to five years in jail in 2022.

Tous les trois ont été condemnés pour des accusations à caractère sexuelle, lesquelles, selon des ONG de défense des droits humains, ont été « manufactured » by the Moroccan authorities.

The decision of the European Parliament adopted in Strasbourg is welcomed by Amnesty Worldwide, Reporters sans frontières (RSF), and the committees of opposition to opinion au Maroc.

Press launch : the European Parliament severely criticizes Morocco

Les députés européens ont vivement critique jeudi (19 janvier) la détérioration de la liberté de la presse au Maroc, se disant par ailleurs « nervous » Par les allégations de corruption pesant sur Rabat dans le cadre d’une enquête menée par la justice belge et visant aussi le Qatar.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *