Skip to content

Sarah Polley | Les histoires qu’on se raconte

Jian Ghomeshi got here to be accused by many ladies of sexual assault, earlier than the motion #metoo took over. Sarah Polley informed her sister that she avait eu de la likelihood that the animateur vedette de la CBC ne l’étrangle pas elle aussi, lorsqu’elle était sortie un soir avec lui.


« Mais il you étranglée, n’est-ce pas ? », Lui a répondu sa sœur de ella. Le frère de Sarah Polley, qui est avocat, lui aussi rappelé que c’est ce qu’elle leur avait confié, une vingtaine d’années plus tôt, en pleine nuit, après avoir fui, sous le choc, l’appartement de Ghomeshi.

Jian Ghomeshi, singer of the group Moxy Früvous, avait 28 ans. Sarah Polley, déjà une actress bien nuevo, n’avait que 16 ans. Après avoir reconté sa courte nuit de ella chez Ghomeshi à sa sœur de ella et à son frère de ella, elle n’en a plus jamais parlé de la même façon, à quiconque. Elle n’a révélé pendant des années que les particulars les plus anodins de ce rendez-vous raté, pour faire rire ses amis de ella dans des soirées. À un level tel qu’elle en est venue à oublier ce qui l’avait traumatisée… jusqu’à ce que sa sœur de ella le lui rappelle.

I’ll perceive the silence

Sarah Polley raconte cette histoire dans son livre autobiographique Operating Towards the Hazard – who can be out there in français au Québec – with a purpose to rappeler qu’il est illusoire d’demiger des victims d’agressions sexualles qu’elles se rappellent dans le element ce qu’elles ont subi, lors d’un interrogatoire devant le tribunal .

Elle le raconte aussi afin de faire comprendre pourquoi elle s’est tue pendant l’affaire Ghomeshi. Evidently a souvent écrit à l’animateur par la suite, evidently I accepted volontiers d’être interviewée par lui, evidently I laughed or souri à ses commentaires déplacés in public – though what on a pu croire qu’ils flirtaient – ​​et qu’elle lui a même dit, en boutade, qu’elle lui présenterait sa sœur, qu’il trouvait de son goût.

Elle s’est tue surtout parce que tous ses amis avocats lui ont déconseillé de joindre sa voix à celles des autres femmes mises en trigger dans la poursuite criminelle contre Jian Ghomeshi. En lui rappelant qu’elle aurait davantage à perdre qu’à gagner, dans la mesure où l’on n’accorde pas l’significance qui leur est due aux mécanismes de défense des victims.

Refouler pendant des années le fait qu’un homme a tenté de nous étrangler sans notre consentement pendant l’acte sexual, puis s’en memento au momento opportun, alors que comienza un procès, peut être perçu comme unbelievable ou incohérent, voire comme un Mensonge devant une cour de justice, even when dans l’opinion publishes.

« Cette douleur de ne pas être crue et de ne pas être succesful de pleinement se croire soi-même », wrote Polley à propos de la commotion cérébrale qui l’a empêchée de travailler pendant près de quatre ans. Elle en était à la deuxième model du scénario du movie little ladies, qu’elle n’a pu terminer et qui a été repris par Greta Gerwig. Dans son entourage de ella, plusieurs n’arrivaient pas à croire qu’une commotion cérébrale ait pu la handicaper aussi longtemps.

Cost in opposition to the patriarchate

La douleur de ne pas être crue. Sarah Polley aurait pu écrire la même selected à propos des victims d’agressions sexualles, lui ai-je fait remarquer lors d’une entrevue en décembre. «Il ya évidemment un lien direct là, que je n’avais pas fait auparavant», dit-elle.

Elle a évidemment fait le lien, en revanche, entre son amnésie partielle après le traumatisme de sa rencontre avec Jian Ghomeshi et son nouveau movie Ladies Speakingsensible adaptation of the homonymous roman by Canadian Miriam Toews, who will take the poster to Québec on January 13.


PHOTO MICHAEL GIBSON, FOURNIE PAR UNIVERSAL PICTURES

Sarah Polley, à droite, sur le plateau de tournage de Ladies Speaking with comedians Rooney Mara, Judith Ivey and Claire Foy

Ce movie dur et bouleversant met en scène une dizaine de femmes qui – ainsi que leurs filles – ont été victims de viols et de violences sexualles dans une communauté mennonite. They meet to resolve if they don’t quitter or would not have this communauté qui leur demande de pardonner à leurs agressurs, sous peine d’être excommuniées.

“J’ai started à écrire le livre avant le stage,” mentioned Sarah Polley. Puis j’ai started à écrire le scénario et je suis income au libre avant de finir le scénario. Alors il ya forcément des endroits où il ya une dialog entre le livre et le movie. »

Ladies SpeakingChoisi parmi les dix movies de 2022 du prestigieux Nationwide Board of Assessment aux États-Unis et notamment nommé aux Golden Globes pour le scénario de Polley, est el première lengthy métrage de ficción de la cinéaste canadienne – finaliste à l’Oscar du meilleur scénario I tailored for away from her in 2008 – after Take This Waltzin 2011.


PHOTO MICHAEL GIBSON, FOURNIE PAR UNIVERSAL PICTURES

tournage of Ladies Speaking

A good later, within the documentary Tales We Inform, elle recounts the story of her mère, morte alors que Sarah n’avait que 11 ans, et de sa liaison avec son pere biologique, le producer montréalais Harry Gulkin. Afterwards, Sarah Polley donné naissance à trois filles, parfois dans des circumstances difficultes, et ella a subi une grave commotion cérébrale.

Je suis très reconnaissante de pouvoir réaliser un movie. Ce n’est pas quelque selected that je croyais être en mesure de refaire, donc je suis ravie.

Sarah Polley

Ladies Speaking, a cost à fond de prepare in opposition to the patriarchy, impressed by faits vécus, has an empathetic regard for various methods of reacting to sexual assault. Certaines femmes de la communauté ont peur, d’autres sont en colère ou veulent être avengées, d’autres encore souhaitent passer à autre selected. They’re ne pas toutes d’accord, vote and débattent des séquences de leurs choix, et se demandent si elles seront malgré tout accueillies au «royaume des cieux».

« C’était essential pour moi d’être fidèle à ce que Miriam avait si bien décrit dans le roman, explica la cinéaste de 44 ans. Il already tells of various reactions to the kind of trauma. They’re all legitimate. J’aimais qu’il n’y ait pas d’uniformité, mais plusieurs degrés de réactions de ces femmes qui ont vécu des expériences similares, dans la même communauté. »


PHOTO MICHAEL GIBSON, FOURNIE PAR UNIVERSAL PICTURES

Sarah Polley lors du tournage de Ladies Speaking

Earlier than realiser Ladies Speaking, Sarah Polley ne connaissait pas Miriam Toews, qui a elle-meme grandi dans une communauté mennonite. Mais elle admirait son œuvre de ella. « Je venais de lire le roman quan j’ai su que Frances [McDormand] et Dede Gardner [les productrices du film] en avaient acquis les droits d’adaptation. I’ve instantly contacted them to search out out if they’ve one thing to do with the scene and the filmmaker, and so they do not reply throughout the day. »

Sarah Polley a tiré du roman un huis clos tendu, d’une facture théâtrale à la Douze hommes en colère by Sidney Lumet, qui fait penser à la fois au white ruby by Michael Haneke et al. the scarlet servant by Margaret Atwood.

On ne peut qu’être révolté par la profonde injustice que ces femmes subissent ainsi que par l’état d’esclavage et d’ignorance dans lequel on les maintient.

« They’re essaient de comprendre remark they can’t défaire un univers qui leur a causé énormément de souffrance, et en créer un autre qui n’a pas, de manière intrinsicèque, les constructions insidieuses qui permettront à cette souffrance de se perpétuer », croit la cénariste et réalisatrice.

« Elevated actuality »

Ce qui est particulier lorsqu’on découvre Ladies Speaking, c’est qu’on a le sentiment que le récit se déroule au début du siècle dernier, alors qu’il est campé en 2010. This impression is strengthened by its colours désaturées, à la limite du monochrome, qui peuvent en rebuter certains . « On a d’abord l’impression d’observer un univers qui est très distant de nous, puis on se rend compte qu’il est plus près qu’on croit », dit Sarah Polley, qui perçoit son movie como une carte postale délavée d’un mundo qui n’existe plus.


PHOTO MICHAEL GIBSON, FOURNIE PAR UNIVERSAL PICTURES

tournage of Ladies Speaking

« C’était essential qu’il y ait une half de fable dans cette histoire, pour qu’on puisse tout soak up. C’est une histoire archétypale. Tout est un peu exagéré. C’est una réalité augmentée. If the movie avait été tourné de manière réaliste, tout se serait écroulé. Avec une palette de couleurs réaliste, on se poserait peut-être des questions sur la manière de parler des personnages, sur la grange où ils se rencontrent, ou sur ce qui est moins credible dans ce cénario. »

Je lui suede si ella envisagé de s’attribuer un rôle dans ce movie choral remarqué pour son extraordinary distribution (Jessie Buckley, Rooney Mara, Claire Foy, Ben Whishaw, Frances McDormand, and so on.). Est-ce que l’actrice d’unique et The Candy Hereafter, from son ami Atom Egoyan, a parfois des envies de renouer avec sa carrière d’interprète? De tourner un otro movie avec Isabel Coixet, par instance, après My Life With out Me et The Secret Lifetime of Phrases ?

« C’est drôle que tu dises ça parce que nous nous sommes écrit hier pour la première fois depuis des années ! Je ne suis pas complètement contre l’idee de jouer de nouveau dans un movie, mais je n’ai no ambition de le faire non plus. »

Dans son livre, Sarah Polley décrit l’anxiété de efficiency que la scène lui a fait vivre et du poids de la célébrité lorsqu’elle était une enfant-actrice dans la série télé Street to Avonlea. Elle additionally spoke of the traumatisme du tournage quasi catastrophique des Adventures of the Baron of Münchhausen by Terry Gilliam.

Elle deserves her brokers de lui être restés fidèles, malgré all of the events qu’elle a pu saboter par la suite, au dernier immediate (the well-known function of Penny Lane dans Virtually Well-known de Cameron Crowe qui lui était destiné, par instance), par manque d’ambition ou par volonté de faire passer sa santé physique et mentale avant le reste.

« In case you supplied me an unbelievable function, I might most likely settle for it, says Sarah Polley, who’s a progressive militant after adolescence. However I haven’t got the press of the truthful and I hate what I do not management, rien de sa vie de ella when she’s an actress in a movie.

I’m not certain that I’m able to abandon the controls on mon horaire et de ne pas voir mes enfants autant que je le veux.

Sarah Polley

If she accepted tourner Ladies Speaking, dans le sud de l’Ontario, c’est justement parce qu’elle savait qu’elle pourrait concilier ses vies professionnelle et familiale. «Je n’aurais pas fait ce movie si on ne m’avait pas promis des journées de travail plus courtes, afin que je puisse voir mes enfants tous les jours, dit-elle. C’était une important situation that I could make a different movie. »

Heureusement pour nous que cette situation sine qua non to été remplie. Ladies Speaking est l’œuvre la plus aboutie de la carrière de Sarah Polley. « I hope that the movie provokes a dialog », said-elle. Elle peut compter là-dessus.

Ladies Speaking It is going to be in Salle le 13 Janvier.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *