Skip to content

Tu choisiras la vie : a movie né d’une dialog avec Philippe Noiret, il ya 30 ans… – Actus Ciné

“Tu choisiras la vie”, the brand new movie by Stéphane Freiss with Lou de Laâge and Riccardo Scamarcio, launched on January 25 in our halls.

Premier long-métrage réalisé par le comic français Stéphane Freiss, Tu choisiras la vie swimsuit une famille juive ultra-orthodoxe d’Aix-les-Bains qui se rend chaque année dans une ferme du sud de l’Italie pour un bref séjour afin d ‘Accomplish a sacred mission: the gathering of cédrats.

Esther, la fille du rabbin, en pleine remise en trigger des contraintes imposed par sa faith fait la connaissance d’Elio, le propriétaire de la ferme. Et si le face à face entre ces mondes était la genese d’une autre histoire?

Lou de Laâge and Riccardo Scamarcio have the primary roles of the movie.

Avec ce long-métrage, Stéphane Freiss explains avoir voulu redonner du sens à sa vie. D’abord à sa vie personnelle de él, marquée par une enfance au sein d’une famille juive ayant vécu les atrocités de la Seconde Guerre mondiale, et puis du sens à son métier d’acteur.

A private movie

Throughout the Second World Conflict, the acteur’s two mother and father ont été caches alors qu’ils n’étaient qu’enfants, afin d’échapper aux rafles. Within the press file of the movie, Stéphane Freiss tells the story of his household about him and explains that he was despatched to the speaker, in his first movie, by the weights of faith.

Les exactions, les tortures, et les morts en camps de focus ont été nombreux des deux côtés de ma famille. Mon pere, comme ma mère, ont tempté d’interrer tous les fantômes de cette periode horrible. Il m’a fallu longtemps pour oser aboarder le sujet. J’ai découvert que la douleur de mon pere était toujours très vive. Un Dieu qui avait laisse faire ça était completely disqualified à ses yeux.


JHR Movies

Lou de Laage and Riccardo Scamarcio

Jusqu’à leur séparation (j’avais douze ans), on ne parlait ni de guerre, ni de judaisme, ni de choses atroces. Il y avait une espèce de couvercle posé sur tout ça. Être juif ne voulait completely rien dire pour moi, nous fêtions les fêtes chrétiennes et je ne me souviens pas être entré dans une synagogue jusqu’à ce que ma mère, 2 ou 3 ans après leur divorce, n’aille rechercher dans sa faith un réconfort et une spiritualité qui manquaient à sa vie.

Nous basculions soudainement d’une vie sans aucune pratique, ni custom à l’extrême inverse. Des hommes en noir et blanc avec des beards et des chapeaux, des femmes très couvertes et avec des perruques entraient dans ma vie et celle de mon frère. J’avais quatorze ans. J’ai cru très longtemps qu’il n’existait pas d’autre manière d’être juif !”

A movie né d’une dialog avec Philippe Noiret, 30 ans plus tôt..

S’il avait son sujet, le scénariste et réalisateur devait ensuite trouver l’histoire qu’il souhaitait raconter. Et c’est una conversación vieille de 30 ans qui l’a aidé à mûrir son sujet de él.

Stéphane Freiss explique en effet avoir compris quelque selected n’allait plus dans sa manière de concevoir le métier d’acteur suite à une dialogue avec Philippe Noiret, 30 ans plus tôt. Il raconte alors une anecdote qui s’est déroulée en 1987 sur le tournage de Chouans! by Philippe de Broca.


JHR Movies

Stéphane Freiss on the tour of “Tu choisiras la vie”

“Nous nous sommes retrouvés un jour seuls Philippe Noiret et moi, chacun sur notre cheval en costume d’époque, au bord d’une falaise, au milieu de nulle half. Nous sommes restés silencieux, sans bouger, pendant une bonne demi-heure , en attendant que le soleil se couche pour avoir la lumière idéale.

Puis soudain Noiret a rompu le silence et m’a dit: «Tu vois Stéphane, je crois que j’en ai un peu assez de faire l’enfant! ». Je ne mesurais évidemment pas à l’époque la portée de sa remarque de él. Trente plus tarde, à peu près au même âge que lui dans le movie, j’en ai pris la mesure!

“Aucun choix ne peut résister à l’usure du temps.”

Il developpe: “Aucun choix ne peut résister à l’usure du temps. Ce qui était important pour moi à 20 ans, l’est moins aujourd’hui et mes certitudes de jeune homme se fissuraient. Le choix de devenir acteur était peut-être né aussi d’un besoin de m’arracher à ma famille et à son histoire tragique pendant la Seconde Guerre mondiale.


JHR Movies

You’ll select life

Écrire ce movie a donc permis à Stéphane Freiss de parler du poids de la faith et de l’envie de s’en défaire. Esther is comme prize en étau entre la faith et son envie de liberté de ella. He affirms: “Sur elle pèse le poids d’un ciel devenu trop lourd tant elle ne croit plus dans ces gestes et ces prières qu’elle répète à longueur de journées“.

The place of the lady in faith

Le fait de choisir une femme comme personage central n’est pas anodin puisqu’il permet de soulever la query de la place de la femme dans un monde patriarcal.

Within the movie, Esther suffoques sos le poids des obligaciones religieuses. Lou de Laâge, her interpreter declared: “La quête d’une femme pour échapper à un milieu asphyxiant et trouver le braveness de vivre comme son intuition l’appelle à faire est universalle. Grow to be an être humain, penser, prendre sa vie en foremost, remettre en query, se révolter contre ce qu’on nous a transmit pour trouver son propre chemin, sa propre vérité, faire ses propres erreurs est essentiel et universehe.”

For Stéphane Freiss: “Esther is a prisoner of a system that la limite aux tâches essentielles de la vie de la famille. Par “décence” elle n’est pas autorisée à se mélanger aux hommes ni à s’offrir à leurs regards. Nous sommes très loin de nos sociétés mixtes.


JHR Movies

Lou de Laâge in “Tu choisiras la vie”

La femme orthodoxe doit se plier à des règles très précises. Toute temptation et tout désir déplacé doivent être contenus. Elles ne peuvent ainsi ni prier au milieu d’une assemblee composée d’hommes, nor encore moins évidemment danser ou chanter en public. La voix de l’homme est celle qui prime à peu près partout dans le monde ultra-orthodoxe.

Esther va donc tenter de se liberer du joug de la faith afin de vivre sa vie libremente. Throughout l’écriture de son movie, Stéphane Freiss s’est d’ailleurs appuyé sur les ouvrages”Deserters of Dieu” by Florence Heymann and “Celui qui va vers elle ne revent pas” by Shulem Deen. Ces livres racontent l’histoire souvent tragique de ces femmes et de ces hommes qui tentent l’aventure de la sortie vers la société laïque.

Tu choisiras la vie est à voir dans nos salles dès ce mercredi 25 janvier.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *