Skip to content

Conflict in Ukraine | A former Russian banker contests the Ottawa sanctions

Il nie tout lien avec Vladimir Putine


A former banker who was the Russian two days earlier than the invasion of the Ukraine was unfairly handled by Ottawa. Malgré are exile prolongé, il demeure sanctionné à titre de membre présumé du «cercle restreint» de Vladimir Putine et no peut come au Canada. Rien pour encourager les élites à suivre son exemple de él et tourner le dos aux establishments russes, déplorent ses avocats de él.

Au bout du fil, la voix est ferme, mais mesurée. Lev Khasis is a star of the world of affairs in Russia; il a l’habitude de parler en public. Extra in dialog with La Presseil est prudent.

« My state of affairs is three particular. Je crois vraiment que ce que le gouvernement canadien a fait dans mon file est une injustice. Ce n’est pas juste », dit-il.

If M. Khasis is dans la ligne de mire des autorités canadiennes, c’est à trigger de son implication dans le secteur bancaire. After avoir with a grand success within the domaine du commerce de détail in Russia, and after a quick passage as vice-president principal du géant américain Walmart, l’homme d’affaires a rejoint les ranks de Sberbank, plus grande banque russe, en 2013. Il est devenu l’un des plus hauts dirigeants de l’establishment financière dont l’actionnaire majoritaire est l’État russe.

À l’époque, le submit n’avait rien d’une tare sur la scène internationale: 45% of the capital of the financial institution était détenu par des investisseurs étrangers. Même la Caisse de dépôt et placement du Québec faisait partie de ses actionnaires jusqu’à récemment.

M. Khasis’s life rocked earlier than the beginning of the warfare. Selon ses avocats de él, le gestionnaire prévoyait déjà de quitter Sberbank pour aller vivre aux États-Unis, où sure de ses enfants de él habitent.

“Toutefois, une fois qu’il est devenu clair que las relaciones entre la Russie et l’Occident se detérioraient quickly, M. Khasis a advancing the date of his démission et l’a redue immédiate”, explains M.and John W. Boscariol, of McCarthy Tétrault’s cupboard, who represents the pursuits of the previous banker in Canada.

M. Khasis a quitté son poste le 22 fevrier 2022, deux jours avant l’invasion de l’Ukraine, dont il n’avait pas été prévenu, guarantee son avocat. Des médias locaux ont insisté sur le fait qu’il avait pris la « fuite ». « Ce fut un choc pour les employés », selon le quotidien russe see most.

Inflict a coût élevé au régime

Lorsque les troupes russes sont passées à l’attaque, Ottawa a imposed des sanctions contre de nombreuses personalités qualifiées de « membres importantes du cercle restreint du président Putine », dont M. Khasis. Les mesures adoptées interdisent aux Canadiens de faire affaire avec l’ancien banquier ou de lui offerrir des servicios financiers. Elles l’empêchent aussi d’entrer au Canada.

« Les sanctions imposed aujourd’hui seront appliquées de manière concertée avec celles de nos partenaires afin d’infliger des coûts élevés au régime russe », to declare ce jour-là the minister des Affaires étrangères, Mélanie Joly.


PHOTO NICK IWANYSHYN, LA PRESSE CANADIAN

Melanie Joly

From different international locations ont emboîté the nation: the Royaume-Uni sanctionné M. Khasis on the twenty fourth March, citing the choice of Canada as justification. L’Australie a suivi peu après.

M. Khasis a pu s’installer en Floride, automotive les États-Unis ne lui ont imposed no sanction. However he affirms that the influence of the Canadian determination on his life demeures majeur. Il ne peut visiter son frère de 73 ans atteint de la maladie d’Alzheimer, qui est citoyen canadien et habite dans une résidence pour personnes âgées en Ontario. Similar a part of him is buried in a Toronto cimetière, however he cannot discover himself sur sa tombe de ella.

Plus typically, the sanctions on an incidence that dépasse les frontières, «en raison de la façon dont les institucières financières et les entreprises fonctionnent», affirm they’re avocat.

« These impacts embrace important limitations on the flexibility of M. Khasis to take part in unusual industrial relations and entry to monetary providers », in line with Mand Boscariol.

The advocate affirms that they’re a shopper and have by no means been concerned in politics and are usually not a lien with Vladimir Putine. “In reality, I’ve by no means met the president Putine,” assure-t-il.

Sberbank « était très différente des autres banques détenues par l’État » et ses dirigeants prenaient leurs décisions en toute indépendance du gouvernement, dit-il.

Décourager les autres

L’imposition de sanctions à l’ancien banquier envoie un drôle de message, croit l’avocat.

« Les sanctions are sometimes used to convey a few change in habits. Il est difficile de voir commentar cela pourrait s’appliquer au cas de M. Khasis. Il a coupé ses liens de él avec Sberbank et vit aux États-Unis. Il n’y a rien qu’il puisse faire pour influencer les évènements en Russie ou en Ukraine », dit-il.

« The choice of designer M. Khasis is more likely to discourage different folks from suivre are examples and quitter the function that they occupy on this planet of affairs in Russia, as a result of even when they font it, they’re risquent tout de même d’ être sanctionnées dans les pays occidentaux », ajoute Mand Boscariol.

The advocate sued Canada to rethink his determination, sans succès jusqu’ici. M. Khasis additionally retains a pendant for a sure time period, the providers of the Montreal lobbyist Jonathan Goldbloom.

Andrea Charron, an affiliate professor on the College of Manitoba who research the Canadian sanctions regime, croits that her file raises essential questions.

« Le however est de pousser les élites russes à repenser leur ligne de conduite. Si nous continuos à sanctionner ceux qui se distancés de Poutine, est-ce que cela sert nos objectifs ? », demande-t-elle.


PHOTO TIRE OF THE SITE DU RÉSEAU D’ANALYSE STRATEGIQUE

Andrea Charron

Il ya peut-être une raison pour le garder sur la liste, mais contrairement à l’Union européenne et au Royaume-Uni, le Canada ne fournit pas une explanación détaillée pour chaque individu sanctionné.

Andrea Charron, affiliate professor on the College of Manitoba

En matière de sanction, « le Canada est bon pour sortir des names, pour initier des sanctions, mais pas pour les appliquer, en faire le suivi et les ajuster par la suite », souligne l’skilled.

An instrument of Russian authorities

Juliet Johnson, professor of political science at McGill College et auteure d’un livre sur le système bancaire russe, croit pour sa half que bien qu’il le nie, M. Khasis a bel et bien été un rouage essential du régime de Vladimir Putine à travers son poste dans une institución stratégique.

« The Russian Federation is an authoritative State », dit-elle. Or, Sberbank is détenue majoritairement par le ministère des Funds russe et son président a été l’un des plus proches conseillers économiques de Poutine pendant des années, souligne-t-elle.

“Sberbank is an instrument of Russian authorities, closing level”, martèle la professeure.


PHOTO TIRE FROM THE SITE OF THE MCGILL UNIVERSITY

Professor Juliet Johnson

mI Johnson additionally claims that the levée des sanctions towards the Russian elites qui quittent le pays, if she is effectively encadrée, pourrait favoriser les objetifs des pays occidentaux. Mais elle demeure prudent. «A ma connaissance de ella, M. Khasis n’a pas dénoncé publicement la guerre et le gouvernement russe ni exprimé son intención de ella de renoncer à sa citoyenneté russe», observe-t-elle.

questionné par La Presse, Affaires mondiales Canada a refusé de preciser les motives qui justifient les sanctions contre l’homme d’affaires. Le Ministère refuses aussi de préciser if quelqu’un to déjà réussi à faire annuler des sanctions in s’adressant au gouvernement fédéral.

A porte-parole d’Affaires mondiales Canada, Grantly Franklin, tout merely rappelled that Canada registered greater than 1000 folks on the record of sanctions towards Russia, after a yr. “Ces inscriptions have direct or oblique liens accounted for by an individual avec the Russian regime and the supply of a direct or oblique aux personnes or entités qui appuient la guerre illégale du président Putine en Ukraine”, at-il declared.

En savoir plus

  • 1646
    Full title of Russian, Ukrainian and Belarusian people sanctioned by Canada en lien avec l’invasion de l’Ukraine

    SOURCE : World affairs canada

    356
    Identify of Russian, Ukrainian and Belarusian entities sanctioned by Canada en lien avec l’invasion de l’Ukraine

    Supply : World Affairs Canada

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *